LA PENA PAMPLONICA FESTIVAL DES FANFARES MONTPELLIER 2007

Publié le par Fat JC-Les Kadors

Presentations des fanfares du festival des fanfares de Montpellier

 29/30 juin 2007

 L'Arc en Ciel des Faubourgs  12 eme edition

LA PENA PAMPLONICA

PARIS - FRANCE

 

 

 

 

 

 

La Peña Pamplonica, banda formée en 1940 à Paris, est une formation qui a su évoluer au cours des années.

Au départ, essentiellement composée de cuivres et de percussions, la peña Pamplonica a un répertoire basé sur la musique allemande et bavaroise. Pour la plupart tondus à la libération, ses musiciens préfèreront orienter leur répertoire vers le jazz.

On retrouve une trace de cette sympathique formation pendant les évènements de mai 68 ou ils animeront la manifestation de soutien au pouvoir en place au rythme de la Marseillaise.

On les verra ensuite jouer de l’accordéon avec Valéry Giscard d’Estaing en avril 1981.

A partir de cette période, marquée par des musiciens parlant un dialecte incompréhensible pour le commun des mortels avec une propension à marquer les RRRRRRRR, La péña adopte la musique typique des bandas. Son répertoire est alors uniquement composé de fandangos improbables (dixit Pascale Clark) dont les titres rappellent les villages outre-adouréens.

Bénat Galatassaray, basque vendant des Kébabs, en est alors le président.

A partir des années 1990, vient la migration des « bascoy » qui rejoignent leur contrée d’origine (migration qui a lieu régulièrement), le répertoire prend alors une couleur plus « grand sud ouest ». Les musiciens viennent alors des Landes, du Béarn, du Gers et du Maghreb. Ils soutiennent la campagne de Lionel Jospin à la dernière élection présidentielle et arrêtent la musique après le premier tour.

La Peña Pamplonica se transforme alors en fandare, mélange subtil (ce terme ne convient pas vraiment à cette formation !) entre la banda et la fanfare bozart. On la verra alors écumer « les foires à la grenouilles » de Vittel, les braderies de Lille, jouer avec Michel Etcheverry (qui voue un véritable culte à cette formation) au stade de France. Les musiciens jouent également souvent dans leur sud-ouest natal. A Bayonne ils deviennent cultes après des prestations avec la banda des genêts.

 A Vic Fezensac, ils sont obligés de jouer sous le pseudo des Kitemmerdos pour éviter des émeutes !

Si on devait définir cette fantastique et fantasque formation en une seule phrase ce serait : « On prend les caisses ou on les laisse à l’hôtel ? »

 

http://pamplonica.free.fr/